Retour

Tout comprendre aux coefficients énergétiques de vos fenêtres

Le 25 octobre 2019

Uw, Sw, TLw… Plusieurs indicateurs permettent aujourd’hui de mesurer les performances énergétiques des fenêtres. Mais il est parfois difficile de s’y retrouver dans cette combinaison mystérieuse de lettres et de chiffres. Expert-rénovateur K-LINE à Pavilly, en Normandie, Jean-Benoît Zacharie fait la lumière sur la signification de ces coefficients et leurs échelles de valeur.

Que mesurent les coefficients affichés sur les fiches techniques des fenêtres ?

Le coefficient Uw indique le niveau d’isolation thermique de la fenêtre alors que les coefficients Sw et Tlw concernent les apports solaires.
Pour mieux comprendre, il faut savoir que W correspond à Window (fenêtre). U est l’unité utilisée dans le bâtiment pour mesurer l’isolation. S est l’initiale de soleil. TL est l’abréviation de transmission lumineuse.

Le coefficient Uw est-il le plus important ?

C’est surtout l’un des plus utilisés aujourd’hui. Le Uw permet de connaître la capacité de votre fenêtre à retenir la chaleur à l’intérieur de la maison. L’une des clés pour faire des économies d’énergie.

Quelle est la bonne valeur pour ce coefficient « thermique » ?

Plus il est bas, plus la fenêtre est isolante, plus la fenêtre est isolante. Je parle bien de la fenêtre dans son ensemble car cette performance dépend de la qualité du vitrage ET du cadre. D’où l’importance de technologies comme la rupture du pont thermique dont bénéficient les fenêtres K-LINE. Les parties extérieures et intérieures du profil sont isolées l’une de l’autre afin d’éviter le phénomène de condensation. Pour mesurer la performance d’une fenêtre seul le Uw compte. Pour le cadre, c’est le coefficient Uf (f=frame) qu’il faut regarder.

Pour en venir aux valeurs de référence, il faut savoir que les anciennes fenêtres avec un simple vitrage peuvent afficher un Uw égal à 6. Ce qui est très mauvais.

Aujourd’hui, les bonnes fenêtres isolantes ont un Uw autour de 1,3. Il est toujours possible d’être plus isolant, pour cela il faut utiliser des vitrages plus performants mais aussi plus couteux.

A noter : pour bénéficier du taux de TVA réduit (5,5%) le coefficient Uw doit être inférieur à 1,7.

En matière d’apports solaires, quelle est la différence entre le Sw et le TLw ?

Sw désigne le « facteur solaire » d’une fenêtre, c’est-à-dire sa capacité à utiliser l’énergie solaire pour chauffer « gratuitement » votre habitat. Plus ce coefficient est élevé, plus votre fenêtre est efficace pour utiliser cette source naturelle. Un degré gagné dans une fenêtre c’est 7% d’économie d’énergie selon l’ADEME.

Le coefficient TLw mesure le niveau de transmission lumineuse, autrement dit, sa capacité à faire entrer la lumière naturelle à l’intérieur de la maison. Au-delà du bien-être, cette propriété permet également de faire des économies d’énergie car vous consommez moins d’éclairage électrique.

Plus la fenêtre sera fine plus vous aurez de vitrage et donc plus d’apports solaire et de lumière naturelle. Avec la finesse de la fenêtre lumière K-LINE vous bénéficiez de 15% de lumière en plus par rapport à une fenêtre traditionnelle aux lignes imposantes.

Quelles sont les performances Sw et Tlw à exiger ?

Le Sw s’exprime avec une valeur située entre 0 et 1. Plus les valeurs sont élevées, plus vous captez de chaleur solaire. Ce coefficient de Sw doit être égal ou supérieur à 0,5 pour qu’une fenêtre soit considérée comme performante sur le plan des apports énergétiques. Pour information, les fenêtres K-LINE offrent une surface vitrée supérieure grâce à la technique de l’ouvrant caché, et affichent ainsi un coefficient Sw de 0,54.

Le TLw s’exprime en pourcentage. Plus ce pourcentage est élevé, plus l’apport lumineux est important. Chez K-LINE, ce TLw se situe aujourd’hui entre 64% et 68%, des valeurs parmi les meilleures du marché.
 
Ces apports solaires ne posent-ils pas de problèmes l’été ?

Pas si vous avez équipé vos fenêtres de stores ou de bris de soleil.  Il est également possible de choisir des fenêtres aux performances différentes en fonction de l’exposition de vos pièces. Cela fait partie des conseils que nous pouvons apporter.

 

Jean-Benoît Zacharie est le dirigeant de la société MCP implantée à Pavilly, en Normandie. Spécialisée depuis 25 ans dans la rénovation de l’habitat (menuiseries, isolation, agencement, portails, vérandas), son entreprise emploie 35 collaborateurs. MCP a rejoint le réseau des Experts Rénovateurs K-LINE en 2012.

Découvrir MCP, spécialiste en rénovation fenêtres et menuiseries

FacebookTwitter

Les articles recommandés